Le futur est vite arrivé, et ses machines aussi…

1 12 2011

Plus fort que la vidéosurveillance (pardon, « vidéoprotection », dans le langage désormais officiel) ! Les drones aériens commencent à quitter les terrains d’opération militaires pour trouver d’autres applications. Par exemple dans la police. Quoi de mieux en effet pour traquer les criminels et délinquants… Mais dans un contexte marqué par des tendances plutôt sécuritaires, il est facile d’imaginer une extension des usages.  En effet, si les coûts de ces supplétifs télécommandés baissent et que la miniaturisation ouvre de nouvelles possibilités, les logiques de surveillance vont pouvoir trouver des capacités supplémentaires, voire s’insinuer encore davantage dans l’espace public. Bientôt des drones à la place des caméras dans les rues ? Il devient chaque jour plus nécessaire de relire Philip K. Dick


Actions

Information

6 responses

1 12 2011
zelectron

Philip K. Dick qui souffrait d’un « léger trouble cognitif » n’a pas produit de bons « ouvrages » en revanche Pohl & Wiliamson avec entr’autres « les récifs de l’espace » si.

1 12 2011
yrumpala

Pas forcément grand par le style, mais la paranoïa poussée à un haut degré donne parfois une grande puissance d’évocation. Pour ce qui est de Frederik Pohl, je serais plus réservé, compte tenu de ce que j’ai lu. Et quant à Jack Williamson, il va donc falloir que j’aille y voir…

2 12 2011
terenceblake

Dick parle de cette société de surveillance notamment dans SIVA, où il l’appelle la Prison de Fer Noire. Nous sommes emprisonnés dans une fausse chronologie dont le but est d’empêcher tout imprévu, tout inconnu, toute nouveauté, tout événement. Ceci est associé aux affects tristes, à la dépression, à la pulsion suicidaire, à thanatos. La seule issue est ce qu’il appelle l’anamnèse, un travail constant de perlaboration et d’éxégèse de ce qui nous est arrivé. L’anamnèse s’exprime dans l’écriture infinie, dont le meilleur exemple est THE EXEGESIS OF PHILIP K. DICK, qui vient d’être publié. Mais elle s’exprime aussi dans une sorte de patience infinie, d’éveil, d’attente, d’ouverture à ce qui arrive. SIVA se termine avec le narrateur, Philip K. Dick, réconcilié avec le monde, devant la télé, fidèle à la mission d’attendre et de rester éveillé.
Jean-François Lyotard parle en termes très similaires dans ses derniers écrits. Le postmoderne a deux faces: l’une de complexification, où ne peut exister que le prévisible et le programmable, l’autre d’anamnèse, où on se tourne vers un reste qui ne peut pas être pris dans les rêts de la complexité.

2 12 2011
yrumpala

Quand les commentaires enrichissent le billet initial…
Merci et ça donnera peut-être envie à d’autres de prolonger la lecture par eux-mêmes.

18 12 2011
Alexandre Girardot

Mais rassurons-nous, tout ça, c’est encore du bricolage.
La preuve: l’USAF a perdu un de ses drones au dessus de l’Iran il y a quelques jours

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/les-iraniens-affirment-posseder-sept-drones-etrangers-16-12-2011-1409298_53.php?xtor=EPR-6-%5BNewsletter-Quotidienne%5D-20111217

18 12 2011
yrumpala

Nul doute que cela les incite à améliorer le matériel…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :