Science-fiction et science politique

18 02 2011

Certains pourront trouver le rapprochement surprenant, mais il est possible de combiner les deux, de nourrir l’une avec l’autre. La preuve avec un article (« Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique ») qui vient de paraître dans le dernier numéro (n° 40, novembre 2010) de la revue Raisons politiques. L’idée de départ du texte, que j’avais eu l’occasion de présenter lors d’un colloque sur « Comment rêver la science-fiction à présent ? » à Cerisy-la-Salle en juillet 2009 (texte encore disponible ici dans sa version originale), était liée à l’impression qu’il y avait tout un espace laissé malheureusement vacant : il s’agissait ainsi non seulement de montrer qu’il existe des passerelles entre science-fiction et réflexion philosophico-politique, mais aussi que ces passerelles sont largement sous-exploitées.

J’avais aussi entamé cette réflexion parce que j’ai tendance à penser que ma discipline de rattachement, la science politique, est entrée dans une zone de rendements décroissants. Elle donne le sentiment de ne plus être vraiment capable d’appréhender les courants qui orientent en profondeur les évolutions du monde contemporain, notamment pour ce qui touche aux facteurs technoscientifiques. Quand l’époque semble être à l’accélération, pour reprendre le titre d’un récent livre du sociologue allemand Hartmut Rosa (Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010), autrement dit quand tout semble aller plus vite, l’enjeu est de pouvoir garder des prises intellectuelles, justement pour éviter de se retrouver emporté sans capacité de réagir. Et, de fait, semble s’accumuler une masse de questions qu’il est devenu difficile de penser au présent, avec des bases de réflexion de moins en moins adaptées.

C’est pour ces raisons que la recherche d’autres bases de réflexion ne devrait pas ignorer la littérature de science-fiction et devrait même prendre la peine d’aller au-delà de la dimension la plus apparente, la dimension narrative (même si cette dernière reste bien entendu une composante essentielle du plaisir de lecture). Par ses montages spéculatifs, ce continent littéraire en extension continuelle peut être aussi un support et un vecteur de réflexivité collective. Dans l’article, je pars ainsi de l’hypothèse que la science-fiction représente une façon de ressaisir le vaste enjeu du changement social, et derrière lui celui de ses conséquences et de leur éventuelle maîtrise. La science-fiction offre des terrains et des procédés pour s’exprimer sur des transformations plus ou moins profondes, plus précisément sur les trajectoires que ces transformations semblent pouvoir prendre. En considérant cette forme d’expression artistique comme un travail de problématisation, l’article propose donc d’examiner comment l’appréhension du changement social est travaillée par cette médiation littéraire, et surtout de montrer comment cette appréhension pourrait nourrir des réflexions relevant d’une forme de pensée politique. En l’occurrence, pour dégager la portée de cette base fictionnelle, ce lien entre l’expression artistique et ses potentiels prolongements politiques est mis à l’épreuve en explorant des courants généralement considérés comme porteurs de positions engagées : en particulier, pour reprendre les étiquettes en vigueur, le cyberpunk et postcyberpunk (exubérance technologique sur fond de néo-féodalisme économique et de déglingue sociale), le biopunk (variante autour de l’ingénierie génétique et des biotechnologies), la fiction spéculative et l’anticipation sociale.

Repris dans cette perspective croisée, voilà en effet un matériau qui ne demande qu’à être employé, recomposé, approfondi. Évidemment qu’on ne peut pas dire ce que sera l’avenir. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut être réduit à penser qu’on ne peut rien en dire. Parce qu’elle permet d’ouvrir les cadres de l’imagination, la science-fiction peut aussi être exploitée comme un réservoir d’expériences potentielles aidant à réfléchir sur les avenirs possibles et leurs conditions de réalisation.

J’avais par exemple commencé à me servir d’une partie de l’œuvre de l’écrivain écossais Iain M. Banks, celle du « cycle de la Culture », pour montrer comment on peut tirer profit de ce type de croisement entre les réflexions. Dans un billet exploratoire, j’avais pris cette série de livres comme un moyen de réfléchir aux effets politiques que pourrait avoir le développement d’« intelligences artificielles ». Dans quelle mesure peut-il devenir utile de reprendre une hypothèse où, comme dans ces romans, une part importante de la vie collective serait assurée par ces « acteurs » pas forcément visibles, mais devenus incontournables ? Des décisions (et lesquelles) peuvent-elles être confiées à des machines « intelligentes » ? Que peut-il se passer si ce type de machine devient capable d’apprendre de manière quasi autonome en échangeant des expériences, comme dans le projet RoboEarth de l’Institut fédéral suisse de technologie (ETH) de Zurich, qui, grâce au soutien financier de l’Union européenne, prévoit de donner aux futurs robots à la fois une base de données évolutive et un réseau de partage des connaissances acquises, à la manière des encyclopédies collaboratives sur Internet ? L’avancée des systèmes informatiques, leur rapprochement avec les recherches en nanotechnologies et sciences cognitives, peuvent-ils se poursuivre jusqu’à produire des machines changeant profondément non seulement l’environnement technique, mais aussi l’ordre politique ? Jusqu’où la pénétration de ces assemblages technologiques serait-elle alors susceptible de modifier les fonctionnements institutionnels, par exemple en amenant de nouvelles capacités de planification ? Comment se reconfigureraient les rapports de pouvoir ? Jusqu’au point de les faire disparaître, grâce à l’appui bienveillant de ces « intelligences artificielles », comme dans la forme de civilisation avancée que dépeint Iain M. Banks avec la « Culture » ? J’essaye de prolonger cette réflexion et j’aurai probablement l’occasion d’en présenter la suite dans les mois qui viennent, et notamment dans des cadres plus universitaires (normalement à la 6e Conférence « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace, and Science Fiction » à l’Université d’Oxford en juillet prochain).


Actions

Information

3 responses

23 02 2011
IL

Très intéressant ! On y perd un peu de la richesse textuelle, mais cette extension en théorie politique va comme un gant à l’auteur de _L’usage des armes_. Vous connaissez ses « Quelques notes sur la Culture », je suppose ? Il y donne quelques intuitions sur ces sujets qui vous intéressent. Je m’abonne à votre fil!

23 02 2011
yrumpala

Merci. C’est vrai que, grâce à leur réédition récemment à la fin du roman Trames (Robert Laffont, 2009), on peut retrouver une version en français de ces notes explicatives. Utile en effet, et c’est ce qui m’a en partie donné envie d’aller plus loin. Réflexion en cours.

20 04 2011
zeb

intéressant, je vais lire la deuxième partie. Je trouve souvent difficile de faire des parallèles entre la science fiction et la société. ça me parait évident dans la tête, mais des que l’on veut l’écrire ou l’exprimer ça semble souvent complètement tiré par les cheveux. Au point que j’en suis venue à me demander si la science fiction pouvait vraiment permettre de réfléchir sur la politique etc. ça fait plaisir de voir que certains cherchent à y voir plus clair.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :