Science-fiction and social theory

31 07 2009

I don’t have enough time and skills to translate my writings, but fortunately there are friendly comments which can give you a good idea of what I try to theorize. There was a recent post on The Global Sociology Blog which synthesizes a series of arguments I tried to develop about science-fiction and social theory (this summarizing post on this very informative blog is entitled “Social-Scientific Analysis of Science-Fiction”). These arguments were presented on my blog as parts of a paper prepared for a conference in Cerisy-la-Salle (“How to dream science-fiction today?”, July 2009).

My line of reasoning ventures beyond the narrative dimension and is built on three steps. First, I show that science-fiction has a wealth of thought experiments to draw on. Then, I consider the works in this genre as a way of problematizing (in the Foucauldian sense) science and technology and their consequences on social and political systems. Third, I show that, behind the apparent diversity, science-fiction deals with social change as underlying theme. For all these reasons, I conclude by saying that science-fiction should not only be regarded as a thinking tool, but that it could also help to build some sort of collective reflexivity and responsibility towards the future.

The paper can be downloaded in French.


Actions

Information

2 responses

2 09 2009
Araucan

Continuer à en lire (ce n’est pas un exercice ouvert à tous, le lectorat étant plutôt réduit, arrivé à la science-fiction très trop et souvent gros consommateur ! … pour qu’il continue à s’en écrire.( Je suis moi-même grand lecteur).

Deux aspects que vous ne mentionnez pas :
– sur la forme, de la nouvelle à l’histoire courte avant guerre et jusqu’aux années 80, la SF tourne maintenant à l’histoire en plusieurs volumes qui se suivent (sans toujours y gagner, tout le monde n’est pas Frank Herbert) : seul effet de la disparition des journaux publiant des nouvelles ?
– sur le fond avec l’irruption de la fantasy (mais est-ce la même lectorat ?) qui fait appel à la magie et est toujours plus ou moins dans la lignée de Tolkien ; je me suis posé posé la question à de multiples reprises, sur ce qui motive un tel engouement (qui concerne aussi la littérature fantastique, il y a résurgence de vampires ces temps-ci…).

Mais il y a quand même toujours quelques grands auteurs sur le marché (Banks, Egan, Bujold …) même si la suite de Dune par le fils d’Herbert rentre dans le scénario formaté et par ailleurs le space-opéra revient. Par contre, il n’y a plus beaucoup d’extra-terrestres et ce depuis longtemps…ni d’ailleurs de sociétés post-catastrophe atomique …comme dans les années 70/80.

3 09 2009
yrumpala

Pour faire le lien entre les deux aspects mentionnés, je vais renvoyer aux travaux d’Anne Besson, qui avait déjà traité ces questions. J’ai en projet un article sur la Culture de Iain Banks.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :