Science-fiction et péjoration

20 04 2010

Un groupe « Pour que l’on cesse d’employer « science-fiction » de manière péjorative » s’est créé récemment sur un site et réseau social dont il n’y a pas besoin de faire la publicité. Groupe qui est sans doute le résultat d’une irritation à voir l’expression « science-fiction » utilisée à tort et à travers, sans considération pour le contenu qui peut être derrière. La science politique, discipline que je fréquente professionnellement, ne craint pas non plus de faire des usages complètement déplacés de l’expression. Un exemple récent nous est fourni par la revue Politique européenne, dont le dernier numéro est intitulé : « L’identité européenne, entre science politique et science fiction » (n° 30, 2010/1). Il faut se creuser les méninges pour trouver le lien. L’article introductif, qui reprend le même titre, ne donne guère d’explication sur ce qui pouvait justifier l’emploi du terme, et l’on aimerait que l’usage de l’expression « science-fiction » fasse l’objet d’autant d’attention et de précaution que celle d’« identité européenne ». J’avoue que je suis de parti pris, puisque j’avais essayé de montrer qu’on peut rapprocher sérieusement science-fiction et science politique (la contribution peut être récupérée ici). Et quand on connaît un peu le potentiel d’évocation de la science-fiction sur les questions d’identité, on ne peut qu’avoir d’autant plus de regrets…








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 74 autres abonnés